Au travail, les bonnes pratiques pour mes oreilles

Le premier geste, pour faire attention, est d’y penser : l’environnement sonore a un impact sur l’oreille, de même que les substances chimiques altèrent le souffle ou les vibrations, le squelette. La nuisance se produit dans l’atelier ou sur le chantier où des machines grondent parfois au-delà du seuil de pénibilité indiqué par la loi de 2016, de 80 dB, sur 8 heures, 600 heures par an. Mais, même au bureau, dès 60/70 dB, la parole perd de son intelligibilité, un babillement incessant requiert un effort d’attention… C’est le fameux “effet cocktail”.

Au travail, l’exposition sonore, brutale ou sournoise, soudaine ou diffuse, peut générer les troubles les plus divers, depuis la fatigue auditive temporaire à des pertes auditives définitives, en passant par des traumatismes ou des effets “extra-auditifs”, sur l’humeur, le sommeil, voire l’immunité. La bonne nouvelle ? Quelques précautions aident à mieux vivre au travail, à gagner en performance, en prévenant l’effet les bruits.

Au chantier, à l’atelier…

En continu – Sur un chantier, à l’usine, il est essentiel de porter, en continu, ses protecteurs individuels contre le bruit (PICB), en évitant aussi toute fuite acoustique via une protection mal positionnée. Deux heures sans porter ses PICB, leur efficacité s’annule. Deux minutes d’oubli, c’est 25 % de perte…

Quelles PICB ? – Il  importe de s’assurer de leur adaptation à chaque situation professionnelle : serre-tête simple, serre-tête monté sur un casque, bouchons moulés individualisé ou pré-moulé, casques électroniques… Le médecin du travail peut être de bon conseil et le site de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité au travail) apporte une source d’informations assez exhaustive. Dans tous les cas, les protections doivent être confortables (il faut les porter pendant tout le temps de travail), compatibles avec les autres matériels (casques ou masques, par exemple) et apporter un filtrage correct isoler complètement du reste du chantier ou de l’atelier… Entendre sert aussi à être alerté des dangers.

Diagnostic – Ne pas hésiter à demander des bilans auditifs au médecin du travail, voire à mettre en place un suivi chez un ORL.

Des loisirs tempérés – Bricolage bruyant, soirées festives ou MP3 : autant se ménager une ambiance sonore plus tempérée pendant les loisirs, d’autant plus nécessaire que l’exposition au travail est intense.

Au bureau

Oser en parler – Sans être dans la jérémiade, sensibiliser son manager direct au sujet, exemples concrets à l’appui (pourquoi ne pas faire une petite liste), pour montrer combien le bruit des conversations, la réverbération éventuelle des locaux, le bourdonnement incessant créent une atmosphère sonore fatigante pour tous, voire toxique.

Mesurer – Et pourquoi ne pas proposer un diagnostic, qui pourrait préciser les témoignages de terrain ? Etayer le ressenti par des quantités mesurables peut conduire à des solutions  durables pour l’ensemble des salariés, réaménagement des locaux, réorganisation d’équipe, pauses…

Pause – Sans attendre une réorganisation d’ensemble, il est assez simple de se ménager des pauses de calme, hors du cadre de travail, à la mi-journée par exemple. Cela redonne du souffle à l’esprit.

Protection – Sans forcément s’équiper d’un casque de chantier, des bouchons d’oreille, voire des casques filtrants les bruits indésirables peuvent apaiser significativement l’impact des nuisances sonores : la concentration augmente, la fatigue régresse.

Sens collectif –  La politesse, qui sert la santé auditive en open space, recommande de ne pas hausser la voix pour couvrir celle des autres, de ne pas mettre son téléphone sur haut-parleur, de ne pas engager des conversations à deux trop fort au milieu des autres collègues. Privilégier des espaces protégés, s’ils existent, phone-boxs isolées, salle de réunion à part ou « espaces silence ». Un peu de formalisme – on ne dit pas n’importe quoi, à n’importe qui, n’importe où- contribue aussi grandement à une ambiance apaisée, sonorement et socialement.


Plus d’information :
www.sante-auditive-autravail.org