Vivre dans les zones bruyantes augmenterait le risque d’accident cardio-vascluaire cérébral (AVC). L’AVC est la deuxième cause de mortalité en France et plus particulièrement la première cause chez la Femme. Une personne est victime d’AVC toutes les 4 minutes en France !  La nouvelle étude pilotée par Rosa Maria Vivanco de l’Hôpital del Mar de Barcelone indique qu’il serait préférable « de se mettre au vert ».


Cette étude  qui vient d’être publiée dans la revue Environnemental research tend à démontrer que des niveaux élevés de bruit comme ceux subis dans les villes,  peuvent accroître la gravité et les conséquences d’un accident vasculaire cérébral  (AVC) ischémique (provoquant une interruption d’apport d’oxygène et d’élimination des éléments toxiques dans le sang).

3 000 patients, tous victimes d’un AVC ischémique et pris en charge par l’équipe de l’Hôpital del Mar, entre 2005 et 2014, ont fait partie du protocole de l’étude. Les chercheurs ont étudié l’impact des niveaux de bruit, de la pollution atmosphérique et de l’exposition à la nature. Ainsi, ils ont pu extraire des différences significatives entre les personnes vivant dans les zones particulièrement bruyantes et celles vivant en zone calme. Le risque est alors 30% plus élevé d’AVC aux incidences lourdes !

Si les causes de survenue d’AVC sont pluri-factorielles, l’équipe de recherche en déduit alors que les facteurs environnementaux sont insuffisamment pris en compte dans la prise en charge des patients.

Le bruit, source de stress et de risques cardio-vasculaires

Cet éclairage vient compléter les apports des neurosciences sur les impacts du bruit sur la santé des êtres humains.

Elles indiquent notamment que le bruit peut être considéré comme facteur aggravant d’hypertension et de risques cardiovasculaire ; impacts appelés extra-auditifs du bruit.

Mieux gérer le bruit représente probablement un levier sous-estimé pour améliorer la santé des Français. Pour cette raison, l’association JNA milite pour une prise en compte des apports des connaissances de la santé auditive en lien avec la santé du cerveau par les politiques de santé environnement. Agir sans ne plus tarder.