82% des Français pensent que la déficience auditive représente un frein à l'évolution professionnelle et à l'embauche. Et vous ?

En effet, l'enquête réalisée avec Ifop auprès de 1 000 individus fait apparaître que pour une très large majorité de Français la déficience auditive demeure un handicap à l'emploi. Parmi eux, 33 % estiment que cela constitue un obstacle très important.

L'analyse des résultats indique un double clivage :

Un effet d'âge : 75% des 18 - 24 ans considèrent qu'un handicap auditif peut constituer un frein dans le cadre professionnel contre 84ù des 35 ans et 91% des 65 ans et plus.

Un effet de niveau de diplôme : les personnes les plus diplômées sont également celles qui estiment q'un handicap auditif est un frein dans le cadre professionnel : 89% des diplômés de 1er cycle et 84% des diplômés de 2e et 3e cycle considèrent que ce type de handicap peut être la cause de discrimintation au travail connte 77% des personnes n'ayant pas le baccaluaréat.

Ces résulats illustrent le déni de la perte de l'audition au sein de la population active. Ce déni représente un "plafond" limitant. Les personnes souffrant de déficiences sensorielles auditives ont tendance à cacher leur difficulté. Ces comportements sont dangereux pour leur santé et leur équilibre de vie. Sur le plan collectif, ils limitent le Bien Vivre et le Bien Vieillir dans l'entreprise alors que le vieillissement dans l'entreprise représente l'enjeu majeur de notre siècle. Différentes études scientifiques ont aussi démontré les corrélations entre la perte auditive non gérée, la modification de comportements, l'apparition de symptômes de dépression et l'accélération du vieillissement cognitif. Un choix sociétal reste à opérer pour mettre fin à la violence individuelle et collective de la "non acceptation". Les experts de l'association JNA rappellent que la principale cause de déficience auditive demeure celle liée au vieillissement naturelle des cellules sensorielles de l'oreille avec l'avancée en âge. Une phénomène qui s'appelle la presbyacousie.