A partir de 50 ans, la vue baisse naturellement pour la majorité des individus. Ce phénomène est appelé presbytie. Pour l'oreille, le phénomène est appelé presbyacousie. Tout comme pour la vue des solutions existent pour continuer à bien entendre. Si le désir de bien entendre en toute circonstance devient aussi fort que de celui de bien voir, les freins à s'équiper d'aides auditives demeurent, au risque d'impacter la santé et l'équilibre de vie sociale. A l'occasion de sa campagne annuelle, Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA a interrogé les Français de 50 ans et plus afin de mieux comprendre les blocages. 900 invidus ont ainis participé au sondage réalisé avec l'institut Ispos. 

La presbyacousie : quelles réalités au sein de la population des 50 ans et plus ?

30% des seniors interrogés déclarent vivre des difficulté à entendre. Et lorsque la déficience auditive est présente, la gêne atteint 6 sur 10. Mas ce qui les gêne le plus pour 1 seniors sur 2 ce sont les sifflements et bourdonnements (acouphènes). Ces symptômes sont le plus souvent associés à l'usure des cellules sensorielles de l'oreille liée au vieillissement. 

Quels sont les impacts déclarés ? 

Des symptômes de dépression

14% des pariticpants au sondage ayant très souvent des difficultés à entendre éprouvent des symptômes d'anxiété et de dépression contre 4% chez ceux dits "normentendants". 

Des difficultés de concentration

75% des seniors affirment être capables de se concentrer mais par rapport à la faculté optimale de concentration on relève un écart significatif entre ceux qui déclarent des difficultés à entendre et ceux qui éprouvent parfois à souvent des difficultés à entendre (56  vs 40). 

Un sentiment d'inquiétude par rapport à l'évolution de leur audition

Plus de 7 seniors sur 10 déclarant des problèmes d'audition se disent inquiets sur l'évolution de leur audition et 50% de ceux qui ressentent une gêne auditive "parfois"

Des effets reconnus sur la vie quotidienne

Pour 9 personnes sur 10 âgés de 50 ans et plus, la déficience auditive modifie la qualité des relations sociales et professionnelles. Et c'est avant tout pour suivre un conversation dans le bruit que la gêne auditive se fait le plus ressentir. 

Pourtant seulement 32% des seniors interrogés déclarent avoir réalisé un contrôle de leur audition il y a moins de 5 ans. 

Alors pourquoi ? 

Deux principaux facteurs sont avancés par les seniors interrogés : le manque d'informations sur l'audition et le prix des équipements aides auditives.

Toutefois, les connaissances sur les mécanismes de l'audition progressent. Ce qui permet de mieux informer le public. Les pouvoirs publics ont également accentué le développement de l'éducation à la santé des Français dès le plus jeune âge.  L'application du reste à charge zéro en audioprothèse devrait aussi contribuer  à dpéasser le frein du prix. Les évolutions technologiques rendant les appareils auditifs de plus en plus minuscules et performants accompagnent les grands changements en cours. De récentes études démontrent les incidences de la perte auditive non traitée sur le déclin cognitif. Tous ces facteurs concourent à une révolution culturelle dans le domaine de l'audition est en cours.