« Nous nous devons de nous protéger les oreilles, elles sont nos instruments les plus précieux ! »

 

JNA : Pensez-vous qu'une écoute saine et protégée permet de mieux profiter de la musique?

LEJ : Oui, nous avons toutes les trois des bouchons d'oreilles (faits sur mesure) que l'on utilise en concert et qui atténuent les fréquences trop agressives.

Cela n'enlève rien à la qualité d'écoute, au contraire.

JNA : Avez-vous déjà observé une différence à la fin des concerts lorsque vous avez porté des protections ou non?

LEJ - Nous nous sommes aperçues qu'en rentrant chez nous après les concerts (quand nous sommes dans le public) et que nous nous retrouvions dans un endroit calme, nous avions des bourdonnements ou parfois même des bruits de "cigales" si nous ne nous protégions pas les oreilles. 

En tant que musiciennes nous sommes évidemment très sensibles aux bruits/sons, nous nous devons de nous protéger les oreilles, elles sont nos instruments les plus précieux ! 

JNA : Avez-vous déjà eu une fatigue auditive, à la suite d'un concert par exemple, et comment la gérez-vous lorsque ça arrive?

LEJ : Oui, Elisa a un acouphène permanent dans une des oreilles, et nous sommes toutes sensibles. Malgré ça, lorsque nous faisons nos concerts nous avons des "in ears" c'est à dire que les retours de nos voix et instruments ne sont pas dans des "wedges" (amplificateurs sur la scène) mais directement dans nos oreilles avec nos propres réglages, nos propres balances, nos propres volumes.

La fatigue auditive arrive lorsque nous enchaînons beaucoup de concerts. Pour ça il faut essayer de bien dormir, dans le calme et tout faire pour faire des pauses lorsque nous sommes dans des endroits bruyants.

JNA : Quelle est votre actualité?

LEJ : Nous venons de sortir notre premier album de compositions "Poupées Russes" et nous repartons en tournée à partir de fin Septembre (Nîmes) puis dans toute la France, avec un concert à Paris Salle Pleyel le 26 Octobre.

JNA : Quels conseils pourriez-vous donner à votre public afin de vivre pleinement, confortablement et sans risques l'écoute de votre album?

LEJ : Pour l'écoute de l'album en lui-même, c'est toujours mieux avec de bons écouteurs, voire même un casque audio réducteur de bruits ambiant (pour mettre au moins fort possible la musique tout en gardant les subtilités). Et pour les concerts, même si notre ingénieur du son fait attention à ne pas jouer fort, d'avoir des bouchons d'oreilles dans le cas où ils seraient sensibles.

Julien Ménielle, 43 ans, a exercé pendant dix ans comme infirmier avant de se lancer dans le journalisme, lui qui aimait l’écriture et la vidéo, et de se consacrer à sa chaîne Youtube. Il y a deux ans, il a créé « Dans ton corps », qui compte à présent 523 000 abonnés et dont certaines vidéos dépassent le million de vues. Le principe ? Mettre le fonctionnement du corps humain à la portée du grand public. C’est drôle et pédagogique. Rencontre. 

JNA - Merci à vous Julien Ménielle de parrainer le lancement de notre premier numéro de "Mes oreilles, c'est moi". En quoi l'action de la JNA résonne-t-elle en vous ? 

Julien Ménielle -  On a l'impression que tout le monde sait ce qui est nocif pour l'oreille et personne ne change de comportement. Le bruit est partout : au travail, en terrasse le soir, en boîte de nuit...les risques de dégâts sont présents. Les gens savent mais cela ne se traduit pas dans les actes. Fort heureusement, les pratiques changent sur les festivals grâce aux acteurs de la prévention qui distribuent des bouchons de protection par exemple. Mais encore une grande partie des festivaliers demeurent réfractaires à les insérer dans le conduit auditif. Il est essentiel de rappeler cette nécessité de prendre soin de son capital auditif. En tant qu'infirmier, je me sens tout à fait concerné par cette cause à relayer fotrement, urgemment. J'ai réalisé un sujet sur les acouphènes en mars dernier "Pourquoi on a les oreilles qui sifflent" et j'ai également posté "Survivre en Festival. Highway to Hellfest" sur ma chaîne Youtuve. La campagne de prévention JNA "Fête de la Musique et Festivals de l'été" a cet objectif. 

JNA - Comment expliquer ce décalage ? 

Julien Ménielle -  Les risques de troubles de l'audition sont élevés chez les jeunes. Or, dans l'imaginaire collectif, la surdité est réservée aux seules personnes âgées. Les messages indiquant que la perte de l'audition peut survenir à tout moment n'est pas assez développé en prévention. Il y a aussi cet effet d'aubaine à développer : les protections auditives. Idéalement en s'équipant par anticipation avant une exposition sonore ou sur place avec distribution gratuite ou possibilité de les acheter. Mettre des distributeurs de protections auditives comme il existe les distributeurs de préservatifs dans les bars et les discothèques est une très bonne idée.

JNA - Quel message souhaitez-vous transmettre aux côtés de l'association JNA ? 

Julien Ménielle - L'oreille est un organe du plaisir quand on aime la musique. C'est aussi un organe de communication et comme toutes les autres parties de notre corps, il faut en prendre soin. Se détruire l'audition et ne plus pouvoir écouter est une véritable tragédie. Et on peut dans la plupart des cas l'éviter. 

JNA - Quelle est votre actualité ? 

Julien Ménielle - Je viens d'éditer un livre surprenant "Dans ton corps - Tout ce que vous devez savoir sur le plus tabou des sujets" aux éditions Michel Lafon. Je poste de nombreux sujets sur ma chaîne Youtube. Et je participe à des projets en tant que comédien. 

https://www.youtube.com/playlist?list=PLd7FpJXB7Kz_s3Gp-X9wLh-QOY4GH9Oq-